U4 – Kordiwen de Yves Grevet

 

Titre : U4. Koridwen
Auteur : Yves Grevet
Éditeur : (Syros) Nathan
Date de parution : 2015
Pages : 418

 

Petites informations sur l’auteur/ le livre :

Yves Grevet a essuyé bon nombres de refus concernant ces manuscrits. Il lui a fallut quelques temps avant d’être mis en lumière par une éditrice.

 

Esquisse :

Koridwen, Jules, Stéphane et Yannis ont entre 15 et 18 ans. Ils ont survécu au virus U4, qui a décimé 90% de la population mondiale. Ils ne se connaissent pas, mais ils se rendent pourtant au même rendez-vous.

Premier novembre : Cela fait 10 jours que le filovirus méningé U4 (pour « Utrecht », la ville des Pays-Bas où il a fait son apparition) poursuit ses ravages. En seulement 48 heures, il tue ceux qui l’infecte. Des zones ont été placées en quarantaine afin de maîtriser l’épidémie. En vain. Les seuls survivants sont des adolescents.
Avant que l’électricité soit définitivement perdu, certains adolescents reçurent un message d’un jeu massivement multijoueur sur lequel ils se retrouvaient ; Warriors Of Time (WOT), qui pourrait redonner une lueur d’espoir.
Les Experts (les joueurs), reçoivent donc un message du « Maître du jeu » Khronos. Celui-ci invitent les joueurs à se retrouver sous la plus vieille horloge de Paris, afin de retourner en arrière, et de contrer le virus, le 24 décembre à minuit.
Stéphane, Yannis, Koridwen et Jules font partis des Experts.

Koridwen est la dernière survivante du Hameau de Menesguen, en Bretagne. Il ne reste plus personne de recommandable près de chez elle. La plupart sont devenus des pillards ou des fous.
Kori se rappelle de l’existence d’une lettre que sa mère avait mis de côté. Cette lettre via de sa grand-mère, et il est temps pour elle de découvrir ce qu’il y est écrit.
Sa grand-mère était une femme très croyante des rêves, pratiquant une forme de sorcellerie (guérisseuse). Elle a toujours vue en sa petite-fille dispose des mêmes dons qu’elle. Par le biais de cette lettre, on y lit des conseils qui lui seront très utiles. De plus, ces mots semblent concorder avec ce fameux message que Kori avait reçu de Khronos, avant que l’électricité ne se coupe définitivement.
Elle se décide donc de partir pour Paris, avec son cousin Max en tracteur. 541 km à effectuer.
Sa grand-mère lui a toujours assigné un destin exceptionnel. Il est temps de vérifier, pour savoir qui elle est vraiment.

 

Critique :

Après avoir lu le tome de Stéphane, je me suis décidée à lire l’aventure de Koridwen (les aventures des garçons passeront après, je n’oublie pas).
Cette jeune fille Bretonne, s’occupant des animaux de la ferme familiale et sachant de ce fait à se servir des armes à feu, a un caractère plus ou moins maîtrisé. C’est une jeune fille très intelligente, mais qui peut nous sembler extrêmement étrange à cause de la mystification de son récit, de son histoire.
Pour son voyage jusqu’à Paris, elle sera accompagné de Max. Son cousin ayant une légère déficience mentale. Ce qui n’avantage pas les situations de dangers proéminents à chaque coin de rue. Mais au moins, elle n’est pas complètement seule.

Kori m’a semblé très cérébrale, et le fait qu’elle sache utiliser des armes à feu dans un monde apocalyptique est un atout majeur. Surtout quand on dispose d’un sang-froid à tout épreuve, comme elle.
Elle a le sens de l’entraide et est amicale, prête à tendre sa main.
Mais au fur et à mesure que les jours passent, que les dangers deviennent constants, Kori devient elle-même relativement dangereuse. Naît alors un courage démesuré, une gâchette devenue moins dure et une forme d’égoïsme.
Elle se fond en réalité de plus en plus avec son propre personnage du jeu WOT, excepté que ses actes ne sont pas fictifs, mais bien réels.
J’ai tout de même beaucoup aimé le personnage de Kori, et la relation de celle-ci avec son cousin Max.
Nous rencontrerons divers personnages qui nous parleront de l’U4, des militaires tentant des expériences, des vaccins, les essaies obligatoire par l’armée, et la possibilité de se faire arrêter par ceux-ci par « sécurité ».

Cette histoire est très mystique. Il faut apprécier les histoire de sorcelleries, de contes ancestrales, ainsi que des prémonitions farfelues.
Ayant le sentiment d’être guidée par sa grand-mère de l’au-delà, Kori multiplie ses questions sur son destin, et les cohérences plus qu’étrange entre les contes celtes (du druide) et ce qu’il lui arrive réellement.

Ce qui est intéressant avec la série U4, c’est de découvrir la vie de chacun, leurs rencontres, leurs croisements… Mais surtout, pouvoir avoir une perspective différente, des sentiments/ émotions qui divergent selon nos personnages, face à ces mêmes situations.
La rencontre entre les quatre personnages principaux par exemple ; J’ai trouvé amusant de pouvoir me rendre compte des pensées et des sentiments que pouvait ressentir chaque personnage face à un autre. Ces émotions divergents offre une vision nouvelle, que l’on ne soupçonneriez pas forcément.
Tout comme un puzzle, cela offre un assemblage curieux et fascinant. Les émotions sont mises en avant. Les explications concernant l’U4 et la possibilité d’un vaccin est disséminés dans chaque roman.

La fin de ce récit est vraiment étonnante, et soulève beaucoup de questions !
Hors pair, mais vraiment intéressant.

 

Laisser un commentaire