Les mères de Samantha Hayes

Titre : Les mères

Auteur : Samantha Hayes

Éditeur : Pocket

Pages : 512

Date de parution : 2014

 

Petite information sur l’auteur/ le livre :

La parution originale date de 2013. « Les mères » est le premier roman de Samantha Hayes. Elle a grandi en Angleterre, et a été détective privée, laveuse de voitures, serveuse et baby-sitter. Elle a appris à piloter un avion avant même de conduire une voiture.

 

Esquisse :

Un prologue nous plonge à la rencontre d’une jeune fille, sans rien savoir d’elle. Mise à part qu’elle souhaite à tout prix donner la vie. Avoir une petite fille. Devenir une mère. La première question se pose alors d’entrée de jeu. Qui est-elle ?

En Angleterre, un couple dénommé Claudia et James, attendent une petite fille. Ils recherchent activement une nourrice qui pourra s’occuper à temps pleins du futur bébé ainsi que des deux jumeaux de James, qu’il a eu d’un premier mariage. James est enrôlé dans la marine et est donc très souvent absent. Ses jumeaux (Noah et Oscar) ont malheureusement perdu leur mère biologique suite à un cancer. Claudia, qui est assistante sociale, essaye avidement d’agir comme une mère exemplaire.

Une jeune femme répond à leur annonce, une certaine Zoé Harper. Elle est purement charmante et dispose de références impeccables. Elle semble être la perle rare ! Elle est convoqué pour un entretien avec le couple et est engagée. Elles’installe donc rapidement chez eux, et avec tout autant de rapidité, Claudia nourrira des soupçons envers cette personne qui semble peut-être un peu trop parfaite.

Dans un même temps, l’appréhension et la peur monte en ville. L’inspecteur Lorraine Fisher et son mari Adam Fisher enquêtent sur le meurtre horrible d’une jeune femme proche de l’accouchement. Des meurtres similaires continuent et transforme la ville, la plongeant dans la terreur. Durant la première enquête, Lorraine a bien du mal à rester calme devant ce spectacle sanglant et incompréhensible. Une mère dans une baignoire rempli, le ventre ouvert, le bébé (un garçon) mort bien évidemment. Difficile pour Lorraine qui est elle-même une mère de deux jeunes filles.

Une histoire où la peur et le suspense débordera sur le bonheur d’une petite famille heureuse. Un roman qui s’assombrira au fur et à mesure, des questions à foison…

Pourquoi ces meurtres ? Qui est Zoé ? Pourquoi Claudia la soupçonne de quelque chose ?

 

Critique :

Durant la continuité du roman nous alternerons entre plusieurs « narrateurs » qui seront donc Claudia, Zoé et Lorraine. Nous rentrerons dans la vie de chacune, en apprenant de plus en plus au fil de temps, découvrant plusieurs personnalités ainsi que divers informations et fils conducteurs. Il n’y a pas de chapitres, les parties sont numérotées et s’enchaînent simplement. Pourtant, nous ne nous perdons pas entre les personnages car chaque parties est bien indiquées. L’histoire ne traîne pas en longueur et nous sommes directement plongés dedans. Les questions se soulèvent dès les premières pages, ce prologue étonnant où nous ne savons rien de cette petite fille voulant à tout prix devenir mère. Elle pourrait être n’importe qui. Mais surtout ces meurtres inquiétants qui, de part le fond, m’ont donné la nausée. Certaines scènes sanglantes comportent des détails très précis, et le fait d’imaginer des bébés morts ainsi que des mères torturées est une chose difficile à digérer.

Nous pouvons imaginer qu’il peut être vraiment difficile de laisser entrer un ou une inconnu(e) chez soi, dans le cocon familiale, dans son intimité. Avec les horreurs que l’ont entend tout les jours, il est facile de se laisser gagner par la peur ou de devenir paranoïaque, surtout lorsqu’il s’agit du bien-être de ses enfants. Dans ce roman, dès le départ Zoé semble avoir deux facettes, ou de jouer un double-jeu. Elle paraît très mystérieuse et envieuse, c’est pour cela que ce personnage est très intéressant. Beaucoup de questions paraissent venir d’elle, et je me suis surprise à plusieurs reprises à douter et à devenir très méfiante envers chaque personnages (mêmes les secondaires). Par ailleurs, les personnages secondaires ont une places assez essentielle dans la continuité du roman.

Le couple Fisher quant à eux, traversent une crise conjugale depuis énormément de temps maintenant. Nous serons donc pris dans leurs caprices et leurs colères, et j’avoue avoir souris à plusieurs moments face aux « pics » lancés entre les deux, même lorsqu’il se trouve dans des conditions malsaines.

Ce livre est un thriller psychologique mélangé au Polar qui m’a rendu très vite accro. Je l’ai dévoré en seulement deux jours, car je voulais à tout prix savoir le fin mot de l’histoire.

Samantha Hayes nous oblige à tourner sans cesse les pages, tant les questions se posent et se succèdent. Elle a réussi à instaurer une tension palpable. Pour un premier roman, c’est vraiment bon. Nous sommes concentrés sur ces enquêtes de meurtres ainsi que la maternité. Ce sujet est aussi le centre de l’histoire avec celui de la vie de famille. Le fait de vouloir être mère, le désir de vouloir fonder une famille. Elle nous fait souvent tourner en rond, et c’est ce qui m’a le plus plu. Me faire mener par le bout du nez, me faire surprendre.

J’ai vraiment été surprise par cette fin, c’était purement inattendue. Moi qui est imaginé toute sorte de possibilité, je me suis bien plantée. L’histoire est donc, à mon goût, bien construit.

C’est un bon livre que je déconseille tout de même aux femmes enceintes (pour les scènes sanglantes qui les visent, évidemment). Sinon, n’hésitez pas à le lire.

La dernière ligne m’a donné de sérieux frissons.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *